Les communiqués

Politique Zéro Fatalité

 

Où en sommes-nous rendus depuis que Rio Tinto, dans son incessante quête pour faire diligence raisonnable aux yeux de la loi, a décidé d’instaurer sa politique zéro fatalité??

En janvier 2016, votre syndicat distribuait un tract informant ses membres que depuis la mise en application de cette politique, déjà 164 heures de suspensions avaient été purgées par les travailleurs.

Force est de constater que les nombreux messages sur nos nombreuses tribunes n’ont pas porté les fruits escomptés…….

À ce jour, c’est maintenant plus de 900 heures de salaires que les travailleurs ont perdues au profit de Rio Tinto.

L’exécutif ainsi que le comité syndical santé-sécurité réitèrent donc le même message :

Refusez d’exécuter toutes tâches donc vous ne maîtrisez pas ou ne connaissez pas la MTN et/ou les normes.

Utilisez votre Iders5 et cochez tout simplement non.  Appelez votre superviseur et exposez‑lui la situation. Si aucune entente n’est possible, contactez votre représentant de secteur en santé-sécurité, il va se faire un plaisir de vous assister dans votre démarche.

Les raisons sont nombreuses pour appliquer cette méthode :

·        Premièrement, pour protéger votre santé, votre sécurité et celle de vos collègues.

·        Cela peut éviter un accident de travail.

·        Même si vous pensez être le meilleur travailleur aux yeux de RTFT et de votre boss, au moment où vous allez vous faire «prendre», vous allez passer dans le même tordeur que n’importe qui.

·        RTFT vous exige d’être 100% conforme alors qu’elle est incapable elle-même souvent d’offrir un environnement de travail et des équipements sécuritaires à ses employés.

·        Ultimement, vous allez perdre beaucoup de salaires et vous devrez vivre avec les conséquences monétaires et familiales qu’implique une suspension.

 

 

 

L’article 51 de loi  sur la Santé Sécurité du travail au Québec  est clair et RTFT se l’est fait rappeler lors de l’accident d’un mécanicien d’usine gravement brûlé à UGS  avec la dérogation suivante :

«L’employeur n’utilise pas les méthodes et les techniques visant à identifier, contrôler et éliminer les risques pouvant affecter la santé, la sécurité des travailleurs, en ce sens que les travailleurs chargés de faire l’analyse de risques d’une situation donnée en prévision des travaux de réparation, maintenance et/ou entretien, n’ont pas toute l’information nécessaire et/ou le portrait global pour l’identification des risques et dangers présents. Ce manque d’information expose les travailleurs à des situations pouvant leur occasionner des blessures (exemple : brûlure, intoxication, chute, écrasement).»

Avant de suspendre les travailleurs RTFT devrait, avant tout, s’assurer de respecter les lois et de tirer des leçons suite à un accident aussi grave dont les conséquences sont encore ressenties par le travailleur et sa famille.

De plus, suite à la déflagration du système à gaz sud, la CNESST a récemment annoncé en conférence de presse que RTFT aurait, encore une fois, une amende pour avoir enfreint la loi.

Il est trop facile pour RTFT de fermer les yeux sur leurs nombreuses déviations à leurs propres normes  quand cela les arrange et de vous suspendre quand bon leur semble.

Il n’est pas ici question de refuser de travailler par caprice ou paresse, mais bien pour s’assurer de retourner à la maison avec tous nos «morceaux».

Travaillons ensemble pour s’offrir le milieu de travail sécuritaire que l’on mérite toutes et tous.

La santé-sécurité sur papier c’est bien beau, mais il est grand temps que Rio Tinto l’applique aussi concrètement sur le terrain!!!!!

Travaillez toujours en toute santé et sécurité.